Superbike, Alex Polita « Moi, d’une autre époque : les pilotes d’aujourd’hui ne font pas de sacrifices »

    0
    11
    Alex Polita; Superbike

    Alex Polita a toujours aimé piloter son vélo de motocross. Il aurait dû devenir un champion des roues à crampons au lieu de cela, il a fait son chemin dans le monde de la vitesse. Droit et sincère, il dit toujours tout ce qui lui passe par la tête : pour le meilleur ou pour le pire. Alex Polita est peut-être l’un des pilotes les plus fidèles, les plus authentiques et les plus charismatiques que nous ayons jamais vus en Italie. Il a probablement obtenu moins que ce qu’il méritait, mais il a remporté la Coupe du monde Superstock 1000, a participé à WSBK, WSSP, BSB, au championnat d’Allemagne et au CIV. Il travaille actuellement dans le monde de la moto en tant que testeur officiel Pirelli pour le secteur Superbike et peut-être qu’en 2023 il participera aux courses du Championnat du Monde d’Endurance.

    Alex Polita, si tu regardes dans le miroir, qui vois-tu ?

    « Je vois un homme heureux et accompli qui travaille toujours dans les motos et pour une grande entreprise. Aujourd’hui je suis testeur, je continue le développement des pneus, je m’entraîne, je fais du vélo, avec un vélo de cross, je me promène avec mon chien et ça va. Je n’ai pas couru cette année, maintenant j’évalue si je dois ou non faire quelque chose en Endurance mais seulement si ça en vaut vraiment la peine. Je suis les courses de l’extérieur et je ne les rate pas, je suis d’une autre génération maintenant ».

    Quel est?

    « Celle de coureurs comme Scassa, Baiocco, Roccoli mais aussi Pirro. Des gars qui travaillaient très dur, ils se donnaient beaucoup mais beaucoup à faire. Aujourd’hui je ne vois plus toute cette envie de sacrifices : on regarde plus à autre chose. Quand je participais au Championnat du Monde, nous n’avions souvent pas vraiment d’argent pour aller au restaurant mais nous avions une passion extraordinaire. Quand j’ai gagné la Coupe du monde Stock 1000, je n’avais pas le budget pour continuer, mais je n’ai pas été abandonné. Autrefois, il y avait peut-être plus de méritocratie. Aujourd’hui, il n’y a pas de lire, il est donc normal que les choses se soient dégradées. Sera-t-il logique qu’un coureur comme Tamburini soit à pied ?

    Avez-vous rivalisé avec lui ?

    « Il est plus jeune que moi mais je vois comment ça se passe et je m’en souviens aussi bien dans le passé. Il y a dix ans, il était parmi les protagonistes du Championnat du Monde Supersport avec un cyclomoteur blanc et bleu clair très privé. Cette année, il a couru en WSBK avec une bonne équipe mais avec la moins compétitive Yamaha dans l’ensemble, avec une cheville fracturée et il a presque toujours marqué dans les points. Que devait-il faire de plus pour mériter une selle pour 2023 ? Maintenant, tout a changé par rapport à il était une fois ».

    En repensant à votre passé, avez-vous des regrets ?

    « Non, car je suis satisfait et fier de ce que j’ai fait. Malheureusement ma carrière a été conditionnée par les blessures et surtout par le manque d’argent car je n’avais certainement pas une famille riche et dans ce sport le budget est primordial mais j’ai donné plus que je ne pouvais. J’ai obtenu des résultats importants même avec des moyens qui ne sont pas à la hauteur et j’ai ainsi gagné l’estime et le respect des grandes entreprises et je travaille encore aujourd’hui dans le motocyclisme ».

    Comment voyez-vous le Championnat d’Italie Superbike de l’extérieur ?

    « Quand tu vas à l’école ou que tu es très bon pour étudier ou copier. Ici, il suffirait d’être doué pour copier le championnat anglais ou le championnat allemand auquel j’ai participé par le passé. Il suffirait d’imiter les autres nations. Le CIV Superbike n’est pas aussi pédagogique que le BSB qui prépare vraiment les pilotes au Championnat du Monde Superbike, mais il n’est pas non plus aussi bon marché que celui allemand où l’on paie 90 euros pour l’entrée à la course. Coûts élevés, courses courtes, peu de pistes : le CIV SBK est un championnat inutile. Heureusement que Michele Pirro est là sinon ce serait zéro ».

    Certains contestent un peu la présence de Pirro au CIV. Êtes-vous favorable ?

    « Temps fort! Si l’on veut songer à se qualifier pour le Championnat du Monde Superbike, il faut rivaliser avec lui en CIV et le battre. Et qu’on ne dise pas qu’il a une moto supérieure car l’Aprilia de la Nouvelle M2 ou la Yamaha de l’écurie Keope sont de super motos. Michele Pirro est un pilote qui, avec son expérience, son engagement et ses sacrifices, a réussi à devenir un pion fondamental pour Ducati, le champion du monde MotoGP et Superbike. C’est un coureur à prendre en exemple ».

    Sur Amazon « Comment j’ai conçu mon rêve » l’autobiographie du génie Adrian Newey

    Photo Instagram d’Alex Polita