Superbike, Alessio Velini « Aujourd’hui tu es un champion et demain un âne »

    0
    10
    Alessio Velini, Superbike

    Pilules de sagesse. Alessio Velini à quarante-trois ans quitte effectivement les compétitions. A partir de 2023 il ne fera plus un championnat entier mais seulement quelques courses sur place. Le pilote ombrien, connu de tous sous le nom de Veleno, est depuis des années l’un des protagonistes du Supersport et du Superbike. Dernièrement, il participait au Trophée National. Au moment des adieux, il retrace les étapes les plus importantes de sa carrière chez Corsedimoto et propose quelques pistes de réflexion.

    « J’ai commencé ma carrière en 2000 – dit Alessio Velini – J’ai participé au Trophée Esso qui à l’époque était un peu comme le National aujourd’hui. J’allais aux courses avec une R6, une tente de trois mètres sur trois et un mécanicien mais j’étais toujours devant. Je me suis battu pour gagner le championnat et au final j’ai terminé deuxième, la première deuxième place d’une longue série. La même année, j’ai fait une wild card dans la 600 Sport Production et il y avait environ 90 inscriptions, j’ai terminé sixième et c’était un résultat exceptionnel. Ensuite, j’ai fait tout le championnat 600 SP et j’ai terminé troisième en raison d’une chute lors de la dernière course, sinon je l’aurais gagné. Je suis passé à l’Europe 600 Supersport avec Team Italia et je suis devenu vice-champion d’Europe, puis le Stock 1000, le Superbike et encore le Supersport pour ensuite finir dans les championnats nationaux ».

    Que vous reste-t-il de ces années ?

    « De beaux souvenirs comme ma première victoire en Championnat d’Europe, à Most. C’était la plus belle émotion de tous les temps. Je regrette encore le titre italien Supersport parti en fumée en 2009 face à Pirro. J’étais en tête, j’étais à l’arrière et adieu la victoire au championnat. Qu’il me ronge, mon Dieu, qu’il me ronge encore aujourd’hui ! Je n’ai pas dormi pendant plusieurs nuits pour ce zéro au Mugello ».

    Était-ce le seul regret ?

    « Non, il y en a eu d’autres aussi mais ce qui me déplaît le plus, ce n’est pas seulement moi mais beaucoup de coureurs, hier et maintenant. En moto, il y a un peu d’ignorance et parfois la passion fait défaut. Aujourd’hui tu es un champion et tout le monde te cherche puis dans deux mois tu es un âne et on te met de côté. Personne dans l’équipe ne s’intéresse au coureur, ils s’arrêtent pour réfléchir, réfléchir, se demander pourquoi on va mal ou bien. Les chefs d’équipe ayant un passé de coureurs y sont plus sensibles mais ceux qui n’ont jamais couru regardent bien souvent plus le business que ceux qui portent un casque. Si un garçon qui a soudainement gagné l’année précédente n’y va plus, il y a une raison. Il faut avoir une approche différente avec les coureurs, il faut plus d’empathie ».

    Avec qui t’es-tu le plus rapproché des autres coureurs ?

    « Avec Matteo Baiocco mais ensuite j’ai changé de catégorie et on s’est perdu de vue. Malheureusement on se rencontre moins et même les belles amitiés ont tendance à s’estomper un peu. J’avais aussi beaucoup lié avec Gianluca Nannelli à l’époque du Stock 1000 où nous étions pratiquement coéquipiers même si Alfonsi et moi avons fait le Stock 1000 avec Team Italia et lui le Supersport avec Lorenzini by Leoni. Eh bien, ces années étaient très belles. Vanni Lorenzini avait une super équipe, l’une des meilleures du paddock Superbike ».

    Après?

    « Je n’ai malheureusement pas eu la chance d’affronter des équipes à la hauteur, notamment en Superbike. Je n’ai pas envie de citer de noms, c’est de l’eau sous les ponts, mais je regrette un peu de ne pas avoir concouru avec des équipes compétitives, capables d’aspirer à des résultats importants ».

    Qu’est-ce que tu fais aujourd’hui?

    « Je travaille dans l’entreprise familiale, j’ai ma propre équipe et l’année prochaine je ferai quelques courses hobby mais celles qui m’inspirent, pour le plaisir de faire de la moto ».

    Pourquoi avez-vous décidé de quitter la compétition maintenant ?

    « Jusqu’à il y a quelques années, j’avais le feu à l’intérieur et je me sentais encore très vite, mais à quarante et un ans, j’ai progressivement réalisé que je n’étais plus ce que j’étais. Je suis devenu trop comptable et moins insouciant sur la piste. Pendant l’hiver, je vais me préparer comme si je devais faire de la compétition car je veux courir au mieux les quelques courses que je fais ».