Superbike Australia: Scott Redding et BMW un gâchis après l’autre

    0
    7
    Scott Redding, Superbike

    En 2020, Scott Redding à Phillip Island avait décroché son premier podium Superbike lors de ses débuts avec la Ducati. Fraîchement sorti de son triomphe au BSB, il était arrivé à quelques millièmes du succès, déjoué au sprint par les Kawasaki d’Alex Lowes et Jonathan Rea. Deux ans plus tard, le Britannique est en pleine crise : il a quitté les Reds pour relancer la fortune de BMW et au contraire les problèmes chroniques du cuirassé allemand le font couler. Le licenciement de Tom Sykes et la concentration sur ReddingPower avec la nouvelle version M 1000 RR ont été décrits comme un tournant par la direction de l’entreprise, mais c’est encore pire. C’est clair : le problème ne vient pas des drivers, mais de tout le reste. La première course australienne fut un corollaire d’erreurs et d’horreurs. Redding n’était pas rapide sur le mouillé, qui était la spécialité de la maison, et certainement pas dans la deuxième partie de la course sur le sec. Et peut-on parler de stratégie ? Une catastrophe…

    La boîte appelle, Redding ne répond pas

    Les pneus pluie étant désormais partis, Scott est resté en piste quatre tours de plus que Jonathan Rea et Toprak Razgtalioglu, qui ont réussi le meilleur coup parmi les grands noms (ici le rapport et le classement). Avec la majeure partie du peloton dans le garage, Redding a mené la course pendant deux tours, ignorant le panneau « IN » agité depuis le garage BMW. Quand il s’est rendu compte qu’avec les slicks les autres tournaient 9-10 secondes plus vite que lui, c’était trop tard. Après l’arrêt, il a sombré dans les points, 72 secondes derrière le vainqueur de la course Rea. « Pendant la course, alors que les autres rentraient aux stands, j’ai calculé que même s’ils avaient tourné beaucoup plus vite que moi, j’aurais gardé une bonne avancea commenté Scott Redding. « J’ai passé deux fois le panneau de mon garage mais j’étais convaincu que rester à l’intérieur payait. Au lieu de cela, quand j’ai vu Jonathan Rea de très près sur les écrans le long du circuit, j’ai compris que ça ne marcherait pas… » Il s’est arrêté aussi, mais il était alors trop tard.

    Une fin désastreuse

    Dans la partie centrale du championnat, BMW avait montré des signes de réveil, mais cette finale replongeait toute l’opération dans la crise la plus noire. Redding est huitième au classement, derrière le corsaire Axel Bassani, avec seulement 190 points remportés contre 564 pour Alvaro Bautista qui a hérité de sa place chez Ducati. L’ancien pilote MotoGP est allé chercher de l’argent chez BMW, plus d’un million d’euros contre un quart que la marque italienne offrait pour le renouvellement. Qui sait s’il recommencerait. La grande épée de Damoclès, c’est que la moitié du paddock a l’idée que le potentiel de la M1000RR est considérable, et que le bubon est dans la gestion technique. Les responsabilités de la crise sont à partager entre le service course interne, aux mains du Néerlandais Marc Bongers, et la direction en piste confiée au Britannique Shaun Muir Racing.

    Michael van der Mark au sommet

    Fin 2021, à Portimao, le Néerlandais sur le mouillé avait conquis sa seule victoire depuis son retour officiel, en 2019. Dans la course 1 australienne, cependant, Michael van der Mark a chuté à deux reprises : dans l’ouverture au virage 10 et dans la finale à 4, les deux épingles. Le Néerlandais a raté une grande partie du championnat en raison d’une blessure lors de l’entraînement de pré-saison sur son vélo. Une fois son état récupéré, lui aussi a disparu des radars. BMW bénéficie déjà de concessions moteurs et l’année prochaine aura également des « super concessions », c’est-à-dire la possibilité de modifier diverses parties du châssis, celles qui selon le Constructeur seront nécessaires. C’est une aide géante, qui sait si cela résoudra la situation. Le doute est grand.

    Photo : Instagram