Erno Kostamo remporte le Grand Prix moto de Macao 2022

0
12
Erno Kostamo vince il Gran Premio motociclistico di Macao 2022

Après avoir surmonté l’impasse substantielle (avec une file d’attente de discussions) vécue samedi, la 54e édition du Grand Prix moto de Macao, la première après l’arrêt de deux ans en raison de l’urgence pandémique, s’est déroulée régulièrement, réservant une course « sprint” de seulement 8 tours, mais plein d’émotions. Pas des moindres, avec tant d’histoires à raconter et, surtout, sans enregistrer aucun accident. Dans un concours intense, la prédiction de la veille a été pleinement respectée avec le succès d’Erno Kostamo. La « Finlandais volant » écrit son nom au tableau d’honneur aux côtés de champions du monde tels que Kevin Schwantz et Carl Fogarty, de stars de la course sur route éprouvées telles que Michael Rutter, John McGuinness, Peter Hickman et Steve Hislop, tous à l’issue d’une course vers le succès qui a commencé il y a longtemps.

ERNO KOSTAMO MATTATORE À MACAO

En effet, Kostamo, aux commandes de la BMW S 1000 RR #38 chaussée de Pirelli de l’écurie Penz13 de Rico Penzkofer, s’est imposé comme la vedette efficace. Aux commandes de toutes les séances d’essais, auteur de la pole position, il n’a laissé un peu d’espoir à ses adversaires que dans les tout premiers tours. Grâce à un départ pas vraiment excitant (3e à Reservoir Bend), Erno a dû attendre le troisième tour pour dépasser le leader de l’époque, Sheridan Morais, au Melco Hairpin, avant de s’enfuir dans les phases finales. Non sans prendre des risques : assistez au fou, à l’effrayant chaume à l’issue du 4ème tour en full R Bend !. Un frisson suivi d’un remarquable 2’27″493, signé dans le sixième des huit tours prévus. Son meilleur temps à Macao, la troisième participation à l’événement.

CÉLÉBREZ LA FINLANDE

Pour Erno Kostamo, c’est une déclaration déjà dans l’histoire. Le premier pour un coureur non britannique en 25 ans (le dernier était le Suisse Andreas Hofmann en 1997), clairement le premier pour un Finlandais. Une nation qui n’avait pas dépassé une 3e place d’Eero Hyvarinen en 1985, une édition marquée par le duel entre les Honda RS 500 officielles de Ron Haslam et Didier De Radigues. Du passé avec Ajo dans le CEV 125, Kostamo devient ainsi un héros dans son pays natal, ramenant la tradition de la moto en Finlande qui comprend des noms ronflants comme Eero Hyvarinen lui-même, Mika Kallio, le contemporain Niki Tuuli et, dans le tout-terrain , Tommi Ahvala, Juha Salminen et Mauno Hermunen. Sans oublier bien sûr l’inoubliable et inoubliable Jarno Saarinen : le plus fort de tous.

SUCCÈS APRÈS DEUX PRÉCÉDENTS À OUBLIER

Kostamo s’impose pour sa troisième apparition à Macao, après deux précédents à oublier. En vedette de l’IRRC, il a fait ses débuts en 2018 et, en 2019, il faisait partie des pilotes impliqués dans l’un des deux accidents. Un coup avec une blessure en remorque, laissé derrière avec ce succès bien mérité, balayant avec ses références de tour même les observations (légitimes) concernant l’absence de grands noms tels que Hickman et Rutter.

DEUX NOUVEAUX VENUS SUR LE PODIUM À MACAO

Si les meilleurs coureurs sur route ont décliné l’invitation, ne voulant (ne pouvant) pas observer 7 jours de quarantaine à l’hôtel, les 14 au départ ont honoré leur engagement de la meilleure des manières. Que dire de David Datzer, avec la BMW MTP capable parfois d’inquiéter Kostamo, terminant deuxième et célébrant… en tant que vainqueur en parc fermé. Le vice-champion IRRC 2022 est devenu le protagoniste d’un week-end inoubliable, un discours similaire pour Sheridan Morais. Le Sud-Africain (depuis des années avec une licence portugaise) avec une formation en Superbike et Supersport a fait ses débuts à Macao avec des progrès continus manche après manche. Leader dans les 3 premiers tours, avec la Honda Penz13 il a confié le commandement des opérations au Melco Hairpin, ceci anticipant un ralentissement vraisemblablement déclenché par un contact rapproché du troisième type avec un oiseau sortant de la Colline des Maures. Pour ‘shezEn tout cas, la troisième position demeure, ce qui vaut le troisième podium cette année dans trois grandes classiques de la moto. En effet, la précédente deuxième place aux 200 milles de Daytona et, pas plus tard qu’en septembre dernier, le même classement au Bol d’Or sont à retenir.

NADIEH SCHOOTS NELLA STORIA

Avec Lukas Maurer quatrième devant Rob Hodson et avec l’ancien MotoE André Pires septième, Nadieh Schoots a également terminé la course. Le Néerlandais de 31 ans est ainsi devenu, en 54 éditions, le premier motard à être admis au départ, à la course et à l’arrivée du Grand Prix moto de Macao. Pour quelqu’un ça aura été (avec des éléments objectifs au suffrage) une édition »en ton mineur“, mais non sans le charme, le frisson du Circuito da Guia. Sublimé par les histoires de Nadieh Schoots et d’un Erno Kostamo qui couronne le rêve de toute une vie…

Grand Prix moto de Macao 54e édition
Classement de la course

1- Erno Kostamo – Penz13 – BMW S 1000 RR – 8 Giri

2- David Datzer – MTP Racing by Penz13 – BMW S 1000 RR – + 8.262

3- Sheridan Morais – SYNTAINICS par Penz13 – Honda CBR 1000RR-R SP – + 10.836

4- Lukas Maurer – Maurer Racing by Penz13 – Kawasaki ZX-10R – + 21.240

5- Robert Hodgson – Dafabet Racing – Kawasaki ZX-10RR – + 27.168

6- Julian Trummer – WH Racing propulsé par Dynobike – Yamaha YZF-R1 – + 27.494

7- André Pires – AP Racing Team – Honda CBR 1000RR-R SP – + 45.355

8- Paul Williams – Paul Potch Racing – Suzuki GSX-R 1000 – + 50.107

9- Raul Torras – Team Toll Racing avec Optimark – Honda CBR 1000RR-R SP – + 53.510

10- Joey Thompson – Heattech Racing – BMW S 1000 RR – + 1’03.991

11- Laurent Hoffmann – Hoffmann MRP par Penz13 – BMW S 1000 RR – + 1’23.148

12- Nadieh Schoots – Rebel Racing – Kawasaki ZX-10RR – + 1’30.591